Gare Châtel vue du dessus

Deux ponts sur un appui unique

07.02.2020

La particularité des ponts de la nouvelle gare de Châtel-St-Denis (Fribourg) est de taille  – mais quasiment invisible.

L’ancienne gare était en impasse, la nouvelle est traversante, sur la ligne Palézieux - Bulle. Le projet global consiste en deux ponts, longs de 100 m chacun. L’un est rectiligne, en béton armé, composé de six travées supportant deux voies ferroviaires et les quais. Les piles du pont droit traversent un parking souterrain de 120 places. Et deux escaliers latéraux en béton armé bien enlacés permettent la communication entre la gare aérienne ferroviaire et la place de la gare routière. Dans son prolongement, l’autre pont est courbe, en béton précontraint, avec quatre travées. Le comportement des deux ponts varie: par exemple, sous l’effet d’une dilatation thermique, l’un peut s’allonger tandis que l’autre fait «la banane». Et tout l’enjeu consiste alors à maintenir imperturbablement l’alignement des rails.

Les ingénieurs de BG ont relevé le défi avec la mise en œuvre d’un appui horizontal unique, le plus gros que le fournisseur ait livré à ce jour. Cet énorme élément en acier est placé dans une pile, à la jonction des deux ponts. Il peut supporter jusqu’à 900 tonnes de charges horizontales, une prouesse invisible pour les usagers des Transports Publics Fribourgeois mais un gage indispensable à leur sécurité.

Commentaire de nos ingénieurs: «C’est une réalisation avec une statique intéressante, un projet d’architecture signé EMA avec un beau rendu d’ouvrage et beaucoup d’exigences par rapport au ferroviaire, que nous avons pu remplir en enchaînant pont rectiligne et pont en courbe.»  

BG était, dans ce projet, en charge de toutes les prestations d’études et du suivi des travaux relatifs à la nouvelle gare, inscrite dans un vaste réaménagement urbain.